Quelle alimentation conseiller pour favoriser un microbiote équilibré ?

pour télécharger ce texte: Conseils alimentaires

Comme je l’ai déjà souvent expliqué, une alimentation déséquilibrée a un impact délétère sur le microbiote. Il est donc essentiel de choisir une alimentation saine et variée, pour bénéficier d’une santé optimale.

Voici quelques conseils alimentaires pour préserver le microbiote, durablement et naturellement, grâce à l’étude de publications et à mon expérience de naturopathe.

Différence entre le régime occidental et le régime méditerranéen

Le régime occidental (riche en protéines animales, en mauvaises graisses, et pauvre en fibres), est associé à une diminution de la diversité d’un microbiote intestinal, notamment en Bifidobacterium et en Lactobacillus.

Il favorise l’apparition de nombreuses pathologies, comme les troubles cardio-vasculaires, les maladies inflammatoires ou la plupart des cancers.

C’est une alimentation de pathogenèse.

Le régime méditerranéen est riche en aliments d’origine végétale, apporte des acides gras mono et polyinsaturés, des polyphénols et limite la consommation de protéines animales et des sucres.

Il favorise à l’inverse une augmentation en Bifidobacterium et en Lactobacillus.

Il est donc bénéfique autant pour la santé en général que pour la ligne.

C’est une alimentation de salutogenèse.

 

Les types d’aliments favorables / défavorables à l’équilibre du microbiote

Aliments conseillés :

Fruits, légumes frais crus

Céréales complètes anciennes

Pain complet au levain

Oléagineux (amandes, noix, etc.)

Légumineuses

Aliments fermentés (kéfir, miso, kombucha, choix de légumes, tofu, tamari/shoyu, etc…)

Aliments riches en polyphénols (tous les aliments colorés)

Thé vert

Poisson/viande maigre en quantité modérée

Épices si vous les supportez

Yoghourt non pasteurisé

Aliments déconseillés :

Produits transformés/industrialisés

Tous les aliments pasteurisés ou thermisés

Tous les aliments cuits par micro-ondes (plaques et fours à inductions)

Sucres raffinés

Pâtisseries et viennoiseries de toutes sortes

Pains à la levure

Aliments frits de toutes sortes

Viande rouge de toutes les sortes

Tous les aliments que votre système immunitaire intestinal ne sait pas digérer

Épices particulièrement le poivre

Blé industriel de culture intensive

Lait et yoghourts pasteurisés

Pour la santé du microbiote, la fermentation facilite le travail des bactéries et leur prolifération, c’est pourquoi je recommande vivement les aliments fermentés et crus. La fermentation favorise l’assimilation des nutriments grâce à la production d’enzymes, car celles-ci sont à l’origine d’une pré-digestion des aliments et rend les fibres végétales moins irritantes pour le côlon. Les aliments crus contiennent toutes les enzymes qui permettent de les digérer.

Voici quelques idées pour composer des menus, composés d’aliments et de mélanges bénéfiques pour l’équilibre du microbiote

Je vous invite à partager ces idées avec vos proches, en expliquant le rôle majeur du microbiote sur la santé et l’impact de l’alimentation. Si vous souhaitez manger des fruits de saison, mangez-les AVANT le repas ou à la place d’un repas ou en collation. Vous pouvez les accompagner de quelques oléagineux ou d’une protéine.

Au déjeuner

Kéfir ou kombucha

1 tasse de thé vert ou de tisane

1 tranche de pain complet au levain avec de la purée de noix ou de noisettes ou du pâté végétal, de la levure alimentaire ou de l’avocat avec un peu de sel

Pas de fruits frais le matin sauf durant les chaleurs de l’été.

Pas de sucres. Seulement des aliments salés

Au dîner

Salade mêlée de légumes de saison complétées d’herbes aromatiques de votre choix

Céréales : quinoa ou sarrasin ou petit épeautre (aussi en pâtes) ou boulgour

Légumes : Tous ceux que vous aimez et digérez

Poisson (1 à 2 fois par semaine) : Sardines ou maquereaux ou harengs, ou viande maigre (1 à 2 fois par semaine) ou tofu

Au souper

Soupes ou potages de légumes, soupe de miso ou salade verte de saison

Pommes de terre, patate douce ou légumineuses (lentilles, pois)

Tarte de légume préparée maison avec de la pâte à tarte maison

Oléagineux ou biscuit maison pour le dessert

Évitez les protéines animales au repas du soir. La supplémentation par un apport de bactéries lactiques avec des préparations commerciales de prébiotiques peut aider la digestion.

Méfiez-vous des bananes et des oranges très souvent mal digérées. Ne mangez que des fruits de saison mûrs.

Bon appétit.

 

Nous vivons dans une société d’abondance. Personne (en principe) ne meurt de faim mais beaucoup meurent de trop manger. Manger est une activité indispensable à la vie. Mais que devons-nous manger? Beaucoup de personnes se posent cette question et avalent, en essayant de ne plus y penser, les aliments incolores, inodores et insipides que l’industrie alimentaire propose et impose par sa publicité. Il est évident que notre organisme et fait pour fonctionner avec un « carburant » complètement adapté à notre physiologie humaine. Il est indéniable que cette alimentation industrielle ne peut que nous faire « tomber en panne » plus ou moins rapidement. Oui, mais comment faire. Quelle est la vérité parmi toutes celles que l’on nous propose? Je vous suggère de tracer quelques grandes lignes ordonnatrices qui vous permettront de chercher VOTRE équilibre alimentaire. Celui qui vous gardera un ventre plat, une taille de guêpe, la forme pour pratiquer votre sport, des intestins calmes, un taux de cholestérol modeste, une glycémie sans histoire, la disparition des infections de toutes localisations, une santé physique et psychologique à toute épreuve…

Arriver à ce résultat n’est pas aussi impossible que vous l’imaginez. Et cela est plus économique que vous pensez.45 ans d’expériences personnelles me permettent de vous l’affirmer.

Les règles de l’alimentation saine ne sont pas si contraignantes et évitent le mal-être permanent, les intolérances alimentaires ainsi que les troubles digestifs chroniques.

Il est indéniable que « Nous sommes ce que nous mangeons ». Même si cela vous est difficile à comprendre, il n’y a pas d’amélioration thérapeutique réelle, donc non artificielle, sans remise en question, parfois radicale, de l’alimentation.

« Tollem causam » disait Hippocrate. Cherche la cause. La cause de la cause.
La cause de la cause de la cause…

« Que ton aliment soit ta seule médecine » a dit Hippocrate.

Évidemment, à l’inverse, un médicament n’est jamais un aliment…

Alimentation & Nutrithérapie

Alimentation (1ère partie)

Mais que doit-on manger pour rester en forme physique, psychique et mentale ? Telle est la question que beaucoup se posent. Voici quelques réponses.

N’hésitez pas à manger des aliments crus le plus souvent possible. Fruits et légumes sont parfaits. Choisissez toujours des végétaux bio. En effet, il est sont préférables car plus riches d’environ 30 % en minéraux, vitamines et micronutriments essentiels. Veillez à ne pas les peler afin de bénéficier d’un maximum d’éléments nutritifs. Consommez vos fruits et légumes frais à maturité et le plus rapidement possible car au contact de l’air, ils perdent leurs vitamines. Ne les laissez pas plusieurs jours au frigidaire ou à l’air libre. L’idéal étant de les cuisiner le jour. Les congeler n’est pas une solution idéale. Les conserver selon les anciennes méthode et totalement satisfaisant (sel marin, huiles, séchage, lactofermentation).

Attention aux fibres crues car elles sont plus irritantes sur la muqueuse intestinale ce qui peut provoquer des maux de ventre.

Attention aux aliments que vous ne savez pas digérer. Ils ne vous apportent rien du tout de positif mais que des ennuis… digestifs et autres.

Variez le plus possible votre alimentation selon le rythme des saisons. Il est inutile de manger des asperges en novembre et des tomates en décembre… C’est dans la variété que vous trouverez toutes les vitamines et minéraux dont vous avez besoin et que vous éviterez la lassitude mais surtout la fatigue digestive.

Les viandes ou les poissons crus seront évités car sources de contaminations parasitaires (vers intestinaux ou d’autres organes) ou bactériennes.

Ne buvez pas en mangeant car cela trouble votre processus digestifs.

Ne grignotez jamais entre les repas. Même un bonbon. Essayez de calmer une pulsion, de remplir un petit creux, un vide, par un autre moyen. La détente, la respiration consciente par exemple.

Cuisinez avec conscience des aliments achetés avec conscience et ne provenant pas de l’industrie alimentaire mais d’un producteur local lui aussi conscient de ce qu’il vous propose d’acheter. Et cuisez le moins possible afin de faire la part très belle aux aliments crus. Tout aliment pasteurisé, thermisé, thyndalisé, chauffé, cuit à la cocotte-minute devrait être banni de la table.

Modifier ses habitudes pour faire le plein d’énergie demande un peu d’efforts et de temps, je le sais, mais le bénéfice retiré est tellement important que, rétroactivement, il apparaît que cet effort et ressenti comme bien peu de choses..

La chaleur est l’ennemi à combattre si vous voulez avoir une alimentation qui comble vos besoins.

Une fois sur le feu, les aliments perdent leur eau mais aussi leurs vitamines et leurs minéraux. Plus la cuisson est longue et la température élevée, plus les aliments se « dévitalisent ». La cuisson des aliments, et particulièrement celle des légumes, demande de la douceur sinon vous ne consommez que des fibres et des aliments « morts ».

À partir de 40 °C : les enzymes présentes dans les aliments sont en partie détruites

À partir de 60 °C : la vitamine C se fait la malle

À partir de 90 °C : une partie des vitamines B et E sont détruites

À partir de 100 °C : les sels minéraux se dégradent et deviennent moins assimilables par l’organisme

À partir de 110 °C : dites bye, bye aux vitamines A et D

À partir de 120 °C : c’est la disparition des vitamines B et E les plus résistantes

Les bonnes – et les mauvaises – manières de cuire ses aliments :

La cuisson à la vapeur douce n’excède pas les 90-95 °C. . C’est une très bonne méthode. Dans un autocuiseur classique, la température s’élève en moyenne jusqu’à 140°!

La cuisson à l’étouffée dans un plat dédié

La cuisson au wok. La cuisson doit être très rapide à feu vif (une minute maximum). Les légumes doivent rester croquants.

Cuisson lente en papillote avec papier sulfurisé et jamais du papier d’aluminium ou des sachets plastiques. Le fait que les aliments cuisent dans leur jus limite la déperdition des vitamines et minéraux.

La cuisson à l’eau devrait être évité car les vitamines et sels minéraux migrent dans l’eau de cuisson. Cette eau peut être utilisée pour un bouillon, un fond de sauce, une soupe.

les cuissons à four très chaud, les fritures, le barbecue, et… le micro-ondes devraient être bannis

Nutrithérapie

Les vitamines et les minéraux sont indispensables pour notre santé et nous ne devrions pas avoir à nous supplémenter. Malheureusement, étant donné que les aliments modernes sont carencés dans des proportions allant de 20 à 80 % selon les micronutriments considérés, il n’est plus/pas possible de ne pas se supplémenter régulièrement et en permanence.

Je suis malheureux d’avoir été obligé d’écrire la phrase qui précède car notre alimentation devrait être notre source principale et suffisante en matière de micronutriments. Les phénomènes de carence ou de déséquilibres qui sont monnaie courante car nous nous nourrissons bien souvent avec des aliments vidés de toute substance nutritive.

Les médecins – les naturopathes aussi – font état de déséquilibres alimentaires chez un pourcentage important de leurs patients. Les effets sur la santé sont : la prise de poids pouvant mener à l’obésité, le diabète, le cholestérol, et l’hypertension. Mais aussi les troubles psychiques (dépressions, fatigues, ras-le-bol, etc.) et des symptômes très variés portant des étiquettes très diverses en relation avec des douleurs de toutes sortes ou des maladies auto-immunes voire rares.

Une étude de l’institut MediQual Research pour SEB1 auprès des médecins généralistes fait ce constat :Quatre grandes enquêtes alimentaires et études épidémiologiques se sont penchées sur les apports nutritionnels des Français en vitamines et minéraux et sur les conséquences des déséquilibres alimentaires. Ces études étaient les suivantes : l’étude Esvitaf2, l’étude de Bourgogne3, l’enquête du Val-de-Marne4 et l’étude Su.Vi.Max5.

Ce qu’on en retient, c’est qu’une grande partie de la population se trouve en deçà des recommandations6, particulièrement pour les vitamines B1, B2, B6, C, D, E, mais aussi pour le magnésium, le fer et le zinc…

Selon les études (les chiffres varient un peu mais je vous donne une moyenne) les déficits avérés concernent :

la vitamine B1 (un peu moins de 20 % des hommes et plus de 20 % des femmes) (près de la moitié des femmes entre 18 et 29 ans !)

la vitamine B2 (4 à 31 % des femmes et 8 à 22 % des hommes)

la vitamine B6 (15 % des hommes, 20 % des femmes, 16 % de la population a des signes de carence)

la vitamine D (74 % des hommes et 78 % des femmes présentent des signes de déficit ou d’insuffisance, surtout l’hiver)

la vitamine E (13 à 22 % des hommes entre 30 et 49 ans et 10 à 22 % des femmes de 18 à 49 ans ont des signes de déficit modéré)

le fer (le déficit en fer touche 29 % des enfants de moins de 2 ans, 14 % des 2-6 ans, 15 % des adolescents et 10 % des femmes en âge de procréer. Pour l’étude Su.Vi.Max 23 % des femmes ont des réserves en fer insuffisantes)

le zinc (entre 5 % et 8 % des volontaires présentent des signes de déficit)

https://https://www.dailymotion.com/video/x3ebfp

LA CAUSE DES CANCERS

La nouvelle est incroyable sur https://www.profession-gendarme.com/la-nouvelle-est-incroyable/

10 août 2022 | Catégorie: Actualités, Tribune
Les remarques entre parenthèses et en italique sont de moi.

Article qui contient des précisions sur un sujet que les gens qui s’intéressent à leur santé connaissent dans les grandes lignes. Plus quelques vérités évidentes pour lesquelles le lien n’est pas toujours fait comme par exemple :

« Tout indique que l’industrie pharmaceutique et l’industrie alimentaire sont une seule et même entité et qu’il existe une conspiration dans laquelle l’une aide l’autre à faire des profits. »

La nouvelle est incroyable : la cause première du cancer a été officiellement découverte il y a plusieurs décennies (1923) par un scientifique lauréat du prix Nobel en 1931.

Très peu de personnes dans le monde le savent, car ce fait est caché par les industries pharmaceutique et alimentaire.

En 1931, le scientifique allemand Otto Heinrich Warburg a reçu le prix Nobel pour sa découverte de la cause première du cancer.

C’est vrai. Il a découvert la cause première du cancer et a obtenu le prix Nobel.

Otto a découvert que le cancer est le résultat d’un pouvoir anti-physiologique et d’un mode de vie anti-physiologique.

Pourquoi ? Parce qu’avec un style nutritionnel anti-physiologique (alimentation basée sur des aliments acidifiants) et la sédentarité, le corps crée un environnement acide (dans le cas de la sédentarité, en raison d’une mauvaise oxygénation cellulaire).

L’acidose cellulaire entraîne l’expulsion de l’oxygène. Le manque d’oxygène dans les cellules crée un environnement acide.

Il a déclaré : « Le manque d’oxygène et l’acidité sont les deux faces d’une même pièce : si une personne a l’un, elle a aussi l’autre ».

Autrement dit, si une personne a un excès d’acidité, elle aura automatiquement un manque d’oxygène dans son système. S’il y a un manque d’oxygène, vous aurez de l’acidité dans votre corps.

Il a également déclaré : « Les substances acides repoussent l’oxygène, contrairement aux substances alcalines qui l’attirent ».

Autrement dit, un environnement acide est un environnement sans oxygène.

Il a déclaré : « Priver une cellule de 35 % de son oxygène pendant 48 heures peut la transformer en cancer ».

Toutes les cellules normales ont un besoin absolu d’oxygène, mais les cellules cancéreuses peuvent vivre sans oxygène. (Une règle sans exception).

« Les tissus cancéreux sont acides, alors que les tissus sains sont alcalins. »

Dans son ouvrage intitulé « Le métabolisme des tumeurs », Otto a montré que toutes les formes de cancer sont caractérisées par deux conditions fondamentales : l’acidose (acide) sanguine et l’hypoxie (manque d’oxygène).

Il a découvert que les cellules cancéreuses sont anaérobies (elles ne respirent pas d’oxygène) et ne peuvent pas survivre en présence de niveaux élevés d’oxygène.

Les cellules cancéreuses ne peuvent survivre que grâce au glucose et dans un environnement sans oxygène. (En naturopathie on professe que les sucres, et pas que, sont la nourriture des cellules cancéreuses)

Par conséquent, le cancer n’est rien d’autre qu’un mécanisme de défense (La détox: le grand médicament que la nature met à notre disposition pour nous auto-guérir) dont disposent certaines cellules de l’organisme pour survivre dans un environnement acide et sans oxygène.

EN RÉSUMÉ :

Les cellules saines vivent dans un environnement oxygéné et alcalin qui permet un fonctionnement normal. Les cellules cancéreuses vivent dans un environnement acide et pauvre en oxygène.

IMPORTANT :

Une fois le processus de digestion terminé, les aliments, en fonction de la qualité des protéines, des glucides, des graisses, des vitamines et des minéraux, fournissent et génèrent une condition d’acidité ou d’alcalinité dans le corps. En d’autres termes … tout dépend uniquement de ce que vous mangez.

Le résultat acidifiant ou alcalinisant est mesuré à l’aide d’une échelle appelée PH, dont les valeurs vont de 0 à 14 ; une valeur de 7 correspond à un pH neutre.

Il est important de savoir comment les aliments acides et alcalins affectent la santé, car les cellules… doivent avoir un pH légèrement alcalin (légèrement supérieur à 7) pour fonctionner correctement.

Chez une personne en bonne santé, le pH du sang se situe entre 7,4 et 7,45.

Si le pH sanguin d’une personne est inférieur à 7, elle tombe dans le coma.

(En naturopathie, on utilise la mesure du pH urinaire, moyen simple, rapide et économique pour vérifier son acidose ou alcalose)

TOUTE PERSONNE SOUHAITANT CONTESTER CE QUI EST COPIÉ-COLLÉ DANS CETTE LÉGENDE PEUT ENVOYER SES RÉFLEXIONS, NOTES ET RÉCRIMINATIONS AUX SOURCES DONT L’ARTICLE EST TIRÉ. MERCI. (ou me contacter)

SOURCES :
http://www.ecplanet.com/node/3619
http://www.pmbeautyline.wordpress.com

(Les remarques entre parenthèses sont de moi). sources identiques au texte « Acidose- Alcalose et cancers »).

LES ALIMENTS QUI ACIDIFIENT L’ORGANISME :

* Le sucre raffiné et tous ses sous-produits. (C’est le pire de tous : il ne contient pas de protéines, pas de graisses, pas de vitamines ni de minéraux, juste des glucides raffinés qui écrasent le pancréas). Son pH est de 2,1 (très acide).

* Viande. (Tous les types)

* Produits animaux (lait et fromage, fromage blanc, yaourt, etc.)

* Sel raffiné.

* Farine raffinée et tous ses dérivés. (Pâtes, gâteaux, biscuits, etc.)

* Pain. (La plupart contiennent des graisses saturées, de la margarine, du sel, du sucre et des conservateurs). (et de la levure)

* Margarine.

* Caféine. (Café, thé noir, chocolat).

* Alcool.

* Tabac. (Cigarettes).

* Antibiotiques et médecine en général.

* Tout aliment cuit. (la cuisson élimine l’oxygène en augmentant l’acidité des aliments).

* Tous les aliments transformés et en conserve contenant des conservateurs, des colorants, des arômes, des stabilisateurs, etc.

Le sang s’autorégule en permanence pour ne pas tomber en acidose métabolique, assurer son bon fonctionnement et optimiser le métabolisme cellulaire. Le corps a besoin d’obtenir des bases minérales alimentaires pour neutraliser l’acidité du sang dans le métabolisme, mais tous les aliments déjà mentionnés (pour la plupart raffinés) acidifient le sang et ramollissent le corps.

Nous devons tenir compte du fait qu’avec le mode de vie moderne, ces aliments sont consommés au moins 3 fois par jour, 365 jours par an et que tous ces aliments sont anti-physiologiques.

LES ALIMENTS ALCALINISANTS :

* Tous les légumes crus. (Certains sont acides au goût, mais à l’intérieur du corps, une réaction alcalinisante se produit. D’autres sont quelque peu acides, mais ils fournissent la base nécessaire à un bon équilibre). Les légumes crus produisent de l’oxygène, les légumes cuits non.

* Fruits, même chose. Par exemple, le citron a un pH d’environ 2,2, mais dans le corps, il a un effet très alcalin. (Probablement le plus puissant de tous – ne vous laissez pas tromper par le goût aigre). Les fruits produisent suffisamment d’oxygène.

* Certaines graines, comme les amandes, sont très alcalines.

* Les céréales complètes : la seule céréale alcalinisante est le millet. Tous les autres sont légèrement acides, cependant, comme le régime idéal nécessite un pourcentage d’acidité, il est bon d’en consommer certains. Toutes les céréales doivent être consommées cuites.

*Le miel est très alcalinisant. (Le vrai, pas celui qui est additionné de saccharose, glucose ou autres sucres)

* Chlorophylle : les plantes sont très alcalines. (En particulier l’aloe vera, également connu sous le nom d’aloès).

* L’eau est importante pour la production d’oxygène. (Évidemment mais pas n’importe quelle eau). Le Dr Feydoon Batmanghelidj déclare que: « La déshydratation chronique est la principale contrainte pour l’organisme et la racine de la plupart des maladies dégénératives. »

* L’exercice physique oxygène l’ensemble du corps. « Un mode de vie sédentaire use le corps. »

L’idéal est d’avoir un régime alimentaire composé d’environ 60 % de produits alcalins plutôt qu’acides et, bien sûr, d’éviter les produits les plus acides, comme les boissons gazeuses, le sucre raffiné et les édulcorants.

N’abusez pas du sel et évitez-le autant que possible.

Pour les personnes malades, l’idéal est que l’alimentation soit alcaline à environ 80%, en éliminant tous les produits les plus nocifs.

Si vous avez un cancer, le conseil est d’alcaliniser le plus possible. »

Le Dr George W. Crile, de Cleveland, l’un des chirurgiens les plus respectés au monde, déclare ouvertement : « Toutes les morts dites naturelles ne sont rien d’autre que le point final d’une saturation en acide dans le corps. »

Comme indiqué précédemment, il est tout à fait impossible qu’un cancer apparaisse chez une personne qui débarrasse son corps de ses acides par un régime alcalin, qui augmente sa consommation d’eau pure et qui évite les aliments acidifiants.

En général, le cancer n’est ni contracté ni hérité. Ce dont on hérite, ce sont les habitudes alimentaires, environnementales et le mode de vie. Cela peut produire un cancer. (Tout-à-fait d’accord, je le dit depuis des décennies)

Mencken a écrit : « La lutte de la vie est contre la rétention d’acide. « Le vieillissement, le manque d’énergie, le stress, les maux de tête, les maladies cardiaques, les allergies, l’eczéma, l’urticaire, l’asthme, les calculs rénaux, l’athérosclérose, entre autres, ne sont que l’accumulation d’acides. »

Dr. Theodore A. Baroody a écrit dans son livre « Alkaline or Die » :
« En réalité, peu importe le nom de ces innombrables maladies, ce qui compte, c’est qu’elles ont toutes la même origine : beaucoup de déchets acides dans le corps ».

Le Dr Robert O. Young a déclaré :
« L’acidification excessive de l’organisme est la cause de toutes les maladies dégénératives. Si l’équilibre est perturbé et que l’organisme commence à produire et à stocker plus d’acidité et de déchets toxiques qu’il n’est capable d’en éliminer, la maladie s’installe. »

ET LA CHIMIOTHÉRAPIE ?

La chimiothérapie acidifie l’organisme à tel point qu’elle puise dans les réserves alcalines du corps pour neutraliser l’acidité, sacrifiant ainsi les bases minérales (calcium, magnésium et potassium) stockées dans les os, les dents, les articulations, les ongles et les cheveux.

C’est pourquoi on observe de telles altérations chez les personnes recevant ce traitement et, entre autres, une perte de cheveux. L’absence de cheveux ne signifie rien pour le corps, mais un pH acide signifierait la mort.

Rien de tout cela n’est décrit ou raconté parce que, selon toute vraisemblance, l’industrie du cancer (lire : l’industrie pharmaceutique) et la chimiothérapie sont parmi les entreprises les plus rentables qui existent… On parle d’une entreprise de plusieurs millions de dollars et les propriétaires de ces industries ne veulent pas que cela soit publié.

Tout indique que l’industrie pharmaceutique et l’industrie alimentaire sont une seule et même entité et qu’il existe une conspiration dans laquelle l’une aide l’autre à faire des profits.

Plus les gens sont malades, plus les profits de l’industrie pharmaceutique sont élevés. Et pour avoir beaucoup de malades, il faut beaucoup de malbouffe, autant que l’industrie alimentaire en produit.

Combien d’entre nous ont entendu la nouvelle d’une personne atteinte d’un cancer et quelqu’un a dit : « … Cela aurait pu arriver à n’importe qui… ».

Non, ça ne peut pas !

« Que la nourriture soit ton médicament, le médicament ta nourriture. »
(Hippocrate, le père de la médecine)

En 2010, quelque 80 ans après les études de Warburg, en partant précisément de la considération que l’acidité est une caractéristique fondamentale du micro-environnement tumoral, toutes les études sur lesquelles se concentre l’International Society for Proton Dynamics in Cancer (ISPDC) ont été présentées à l’Istituto Superiore di Sanità, lors du premier symposium international. L’objectif de cette recherche est de cibler exclusivement la cible moléculaire à l’origine de la tumeur, « afin d’éviter les effets secondaires fréquents des thérapies traditionnelles utilisant des inhibiteurs de la pompe à protons pour inhiber la croissance de la masse tumorale », comme l’explique Stefano Fais, du département pharmaceutique de l’Istituto Superiore di Sanità.

Les conditions favorables à la croissance des tumeurs sont dues à une accumulation initiale d’acide lactique due au métabolisme tumoral et à la sélection ultérieure de cellules qui, pour faire face à l’augmentation de l’acidité, provoquent un hyperfonctionnement des pompes cellulaires qui éliminent les protons hors de la cellule.

En Italie, les deux premiers essais cliniques ont été réalisés pour les mélanomes à l’Istituto dei Tumori de Milan et à l’Université de Sienne, et pour les ostéosarcomes au Gruppo Italiano dei Sarcomi, à Bologne.

La même approche a été utilisée par des chercheurs de l’université Fudan de Shanghai pour lutter contre le cancer du sein.

En Floride, le professeur Robert Gatenby, du département d’oncologie intégrée du Cancer Center of Tampa, a utilisé du bicarbonate administré par voie orale pour ses recherches.

Là encore, le professeur Kusuzaki, du département d’oncologie de l’université Edobashi de Tokyo, a utilisé l’acridine orange pour combattre les sarcomes ; cette molécule a la capacité de se concentrer dans les organelles acides de la cellule et, à la suite d’une impulsion lumineuse (rayons X), se transforme en un composé hautement toxique pour les tissus tumoraux, sans toutefois présenter de signes de toxicité pour les tissus sains environnants.

Toutes les thérapies choisies pour ces études sont basées sur l’utilisation de médicaments qui utilisent l’acidité de la tumeur comme cible, soit en inhibant les mécanismes qui la provoquent – c’est-à-dire les inhibiteurs de la pompe à protons – soit en la tamponnant simplement – en utilisant du bicarbonate – ou en changeant son état lorsque concentré dans les tumeurs – avec de l’orange acridine -.

Par conséquent, la théorie du vieux professeur Otto Henrich Warburg semble maintenant trouver une nouvelle confirmation, même si ce n’est évidemment pas qu’il en avait besoin, mais il était certainement nécessaire que ces connaissances soient portées à la connaissance du public. Ce n’est que de cette manière que chacun peut prendre des décisions pour sa propre santé, en sachant qu’elle est déterminée par ce qu’il mange.

Une personne en bonne santé a un pH sanguin compris entre 7,4 et 7,45. Si ces valeurs sont inférieures à 7, on tombe dans le coma. Pour maintenir un pH élevé et protéger ainsi sa santé, il est essentiel d’éviter tous les aliments acidifiants : en tête de liste, le sucre raffiné, dépourvu de vitamines et de minéraux, et riche uniquement en glucides raffinés qui mettent le pancréas à rude épreuve ; puis la viande et tous les produits laitiers ; également la farine et ses dérivés, ainsi que toutes les conserves, la margarine, le café, le thé noir et l’alcool. Il faut garder à l’esprit que tout aliment cuit augmente l’acidité tout en éliminant l’oxygène. Et puis, bien sûr, il ne faut pas oublier que tous les médicaments, des antibiotiques à la chimiothérapie, sont aussi acidifiants !

Les seuls aliments alcalins sont les légumes et certains fruits. Par conséquent, pour rester en bonne santé, il faut consommer quotidiennement de grandes quantités de légumes de différentes variétés, crus bien sûr. Plus nous parviendrons à équilibrer positivement les aliments alcalins et acidifiants, moins nous aurons à craindre de contracter des maladies dégénératives.

TOUTE PERSONNE SOUHAITANT CONTESTER CE QUI EST COPIÉ-COLLÉ DANS CETTE LÉGENDE PEUT ENVOYER SES RÉFLEXIONS, NOTES ET RÉCRIMINATIONS AUX SOURCES DONT L’ARTICLE EST TIRÉ. MERCI.

SOURCES :
http://www.ecplanet.com/node/3619
http://www.pmbeautyline.wordpress.com

LES ALIMENTS ALCALINISANTS :

* Tous les légumes crus. (Certains sont acides au goût, mais à l’intérieur du corps, une réaction alcalinisante se produit. D’autres sont quelque peu acides, mais ils fournissent la base nécessaire à un bon équilibre). Les légumes crus produisent de l’oxygène, les légumes cuits non.

* Fruits, même chose. Par exemple, le citron a un pH d’environ 2,2, mais dans le corps, il a un effet très alcalin. (Probablement le plus puissant de tous – ne vous laissez pas tromper par le goût aigre). Les fruits produisent suffisamment d’oxygène.

* Certaines graines, comme les amandes, sont très alcalines.

* Les céréales complètes : la seule céréale alcalinisante est le millet. Tous les autres sont légèrement acides, cependant, comme le régime idéal nécessite un pourcentage d’acidité, il est bon d’en consommer certains. Toutes les céréales doivent être consommées cuites.

*Le miel est très alcalinisant. (Le vrai, pas celui qui est additionné de saccharose, glucose ou autres sucres)

* Chlorophylle : les plantes sont très alcalines. (En particulier l’aloe vera, également connu sous le nom d’aloès).

* L’eau est importante pour la production d’oxygène. (Évidemment mais pas n’importe quelle eau). Le Dr Feydoon Batmanghelidj déclare que: « La déshydratation chronique est la principale contrainte pour l’organisme et la racine de la plupart des maladies dégénératives. »

* L’exercice physique oxygène l’ensemble du corps. « Un mode de vie sédentaire use le corps. »

L’idéal est d’avoir un régime alimentaire composé d’environ 60 % de produits alcalins plutôt qu’acides et, bien sûr, d’éviter les produits les plus acides, comme les boissons gazeuses, le sucre raffiné et les édulcorants.

N’abusez pas du sel et évitez-le autant que possible.

Pour les personnes malades, l’idéal est que l’alimentation soit alcaline à environ 80%, en éliminant tous les produits les plus nocifs.

Si vous avez un cancer, le conseil est d’alcaliniser le plus possible. »

Le Dr George W. Crile, de Cleveland, l’un des chirurgiens les plus respectés au monde, déclare ouvertement : « Toutes les morts dites naturelles ne sont rien d’autre que le point final d’une saturation en acide dans le corps. »

Comme indiqué précédemment, il est tout à fait impossible qu’un cancer apparaisse chez une personne qui débarrasse son corps de ses acides par un régime alcalin, qui augmente sa consommation d’eau pure et qui évite les aliments acidifiants.

En général, le cancer n’est ni contracté ni hérité. Ce dont on hérite, ce sont les habitudes alimentaires, environnementales et le mode de vie. Cela peut produire un cancer. (Tout-à-fait d’accord, je le dit depuis des décennies)

Mencken a écrit : « La lutte de la vie est contre la rétention d’acide. « Le vieillissement, le manque d’énergie, le stress, les maux de tête, les maladies cardiaques, les allergies, l’eczéma, l’urticaire, l’asthme, les calculs rénaux, l’athérosclérose, entre autres, ne sont que l’accumulation d’acides. »

Dr. Theodore A. Baroody a écrit dans son livre « Alkaline or Die » :
« En réalité, peu importe le nom de ces innombrables maladies, ce qui compte, c’est qu’elles ont toutes la même origine : beaucoup de déchets acides dans le corps ».

Le Dr Robert O. Young a déclaré :
« L’acidification excessive de l’organisme est la cause de toutes les maladies dégénératives. Si l’équilibre est perturbé et que l’organisme commence à produire et à stocker plus d’acidité et de déchets toxiques qu’il n’est capable d’en éliminer, la maladie s’installe. »

E

« Que la nourriture soit ton médicament, le médicament ta nourriture. »
(Hippocrate, le père de la médecine)

En 2010, quelque 80 ans après les études de Warburg, en partant précisément de la considération que l’acidité est une caractéristique fondamentale du micro-environnement tumoral, toutes les études sur lesquelles se concentre l’International Society for Proton Dynamics in Cancer (ISPDC) ont été présentées à l’Istituto Superiore di Sanità, lors du premier symposium international. L’objectif de cette recherche est de cibler exclusivement la cible moléculaire à l’origine de la tumeur, « afin d’éviter les effets secondaires fréquents des thérapies traditionnelles utilisant des inhibiteurs de la pompe à protons pour inhiber la croissance de la masse tumorale », comme l’explique Stefano Fais, du département pharmaceutique de l’Istituto Superiore di Sanità.

Les conditions favorables à la croissance des tumeurs sont dues à une accumulation initiale d’acide lactique due au métabolisme tumoral et à la sélection ultérieure de cellules qui, pour faire face à l’augmentation de l’acidité, provoquent un hyperfonctionnement des pompes cellulaires qui éliminent les protons hors de la cellule.

En Italie, les deux premiers essais cliniques ont été réalisés pour les mélanomes à l’Istituto dei Tumori de Milan et à l’Université de Sienne, et pour les ostéosarcomes au Gruppo Italiano dei Sarcomi, à Bologne.

La même approche a été utilisée par des chercheurs de l’université Fudan de Shanghai pour lutter contre le cancer du sein.

En Floride, le professeur Robert Gatenby, du département d’oncologie intégrée du Cancer Center of Tampa, a utilisé du bicarbonate administré par voie orale pour ses recherches.

Là encore, le professeur Kusuzaki, du département d’oncologie de l’université Edobashi de Tokyo, a utilisé l’acridine orange pour combattre les sarcomes ; cette molécule a la capacité de se concentrer dans les organelles acides de la cellule et, à la suite d’une impulsion lumineuse (rayons X), se transforme en un composé hautement toxique pour les tissus tumoraux, sans toutefois présenter de signes de toxicité pour les tissus sains environnants.

Toutes les thérapies choisies pour ces études sont basées sur l’utilisation de médicaments qui utilisent l’acidité de la tumeur comme cible, soit en inhibant les mécanismes qui la provoquent – c’est-à-dire les inhibiteurs de la pompe à protons – soit en la tamponnant simplement – en utilisant du bicarbonate – ou en changeant son état lorsque concentré dans les tumeurs – avec de l’orange acridine -.

Par conséquent, la théorie du vieux professeur Otto Henrich Warburg semble maintenant trouver une nouvelle confirmation, même si ce n’est évidemment pas qu’il en avait besoin, mais il était certainement nécessaire que ces connaissances soient portées à la connaissance du public. Ce n’est que de cette manière que chacun peut prendre des décisions pour sa propre santé, en sachant qu’elle est déterminée par ce qu’il mange.

Une personne en bonne santé a un pH sanguin compris entre 7,4 et 7,45. Si ces valeurs sont inférieures à 7, on tombe dans le coma. Pour maintenir un pH élevé et protéger ainsi sa santé, il est essentiel d’éviter tous les aliments acidifiants : en tête de liste, le sucre raffiné, dépourvu de vitamines et de minéraux, et riche uniquement en glucides raffinés qui mettent le pancréas à rude épreuve ; puis la viande et tous les produits laitiers ; également la farine et ses dérivés, ainsi que toutes les conserves, la margarine, le café, le thé noir et l’alcool. Il faut garder à l’esprit que tout aliment cuit augmente l’acidité tout en éliminant l’oxygène. Et puis, bien sûr, il ne faut pas oublier que tous les médicaments, des antibiotiques à la chimiothérapie, sont aussi acidifiants !

Les seuls aliments alcalins sont les légumes et certains fruits. Par conséquent, pour rester en bonne santé, il faut consommer quotidiennement de grandes quantités de légumes de différentes variétés, crus bien sûr. Plus nous parviendrons à équilibrer positivement les aliments alcalins et acidifiants, moins nous aurons à craindre de contracter des maladies dégénératives.

TOUTE PERSONNE SOUHAITANT CONTESTER CE QUI EST COPIÉ-COLLÉ DANS CETTE LÉGENDE PEUT ENVOYER SES RÉFLEXIONS, NOTES ET RÉCRIMINATIONS AUX SOURCES DONT L’ARTICLE EST TIRÉ. MERCI.

SOURCES :
ttp://www.ecplanet.com/node/3619
http://www.pmbeautyline.wordpress.com

Des conseils en avance sur les idées actuelles et conformes aux lois de notre biologie humaine.

Des conseils avisés et efficaces n’étant pas la sempiternelle répétition de concepts alimentaires aujourd’hui obsolètes.

Des conseils basés aussi bien sur les connaissances des Anciens que des Modernes.

Une alimentation simple et conforme à nos besoins de femmes et d’hommes et d’enfants du 3ème millénaire.

Vos sachets de thé comportent une grande quantité de restes d’insectes

Publié par wikistrike.com sur 27 Juin 2022, 07:02am

Vos sachets de thé comportent une grande quantité de restes d’insectes

Les insectes laissent diverses traces ou des morceaux d’eux-mêmes contenant des signatures ADN sur leur passage. En analysant quelques sachets de thé que l’on peut trouver dans le commerce, des chercheurs ont découvert qu’ils contenaient des traces de plusieurs milliers d’invertébrés.

UNE GRANDE DIVERSITÉ D’INSECTES DÉTECTÉE

Des restes d’insectes ont été retrouvés dans des sachets de thé, selon une étude publiée dans la revue Biology Letters. Cette recherche a été menée par une équipe de chercheurs de l’université de Trèves, en Allemagne. Ces derniers se sont procuré des sachets de thé obtenus dans des commerces pour effectuer des analyses. Ils ont ainsi pu identifier la présence de 3 264 invertébrés représentant environ 1 200 espèces dans 40 échantillons de thé et d’herbes séchées.

Des mouches, des papillons, des acariens et des cafards se trouvaient parmi les invertébrés observés dans les échantillons. « Ce qui m’a vraiment surpris, c’est la grande diversité que nous avons détectée », a déclaré Henrik Krehenwinkel, généticien écologique de l’université de Trèves, soulignant que l’équipe de chercheurs a trouvé des traces de 400 insectes différents dans un seul sachet de thé.

Comment expliquer la présence d’autant de traces d’invertébrés dans un seul sachet de thé ? Les chercheurs indiquent que cela est sans doute dû au processus de séchage des herbes. L’ADN de toutes les parties du champ ou des feuilles, y compris les insectes et œufs, serait conservé et mélangé lors de leur broyage.

UN OUTIL POUR SURVEILLER LES ARTHROPODES

Pour les scientifiques, ces recherches ont permis de développer un nouvel outil pour surveiller les arthropodes et leurs interactions avec les plantes, pour détecter les ravageurs agricoles et pour déterminer l’origine du matériel végétal importé. Les chercheurs de l’université de Trèves l’utiliseraient pour comprendre l’évolution des insectes en étudiant les collections végétales conservées dans les musées.

« Les collections végétales dans les musées pourraient-elles réellement être utiles pour comprendre comment les communautés d’insectes ont changé ? Lorsque les études sur le déclin des insectes ont été publiées pour la première fois, beaucoup de gens se sont plaints du fait qu’il n’y avait pas de véritables données à long terme », ont indiqué les auteurs de l’étude.

Vous n’allez plus regarder vos sachets de thé de la même façon.

Pour rappel, certains sachets de thé libèrent des milliards de microplastiques une fois infusés.

Source : https://dailygeekshow.com/insectes-sachets-the/

Manger mais quand, quoi et pourquoi. Quelques explications non exhaustives ci-dessous.

ALIMENTATION ET NUTRITION QUOTIDIENNE
Manger est une activité indispensable de la vie. Mais que devons-nous manger? Cette question peu souvent formulée mais certainement toujours présente à l’esprit demande une réponse personnalisée et éloignée de tous dogmes. Que ce soit celui du mythe (officiel) des protéines ou des calories, ou d’une quelconque chapelle (macrobiotique, végétalienne ou autre). Il y a en effet, quasiment autant de réponses que d’individus. Que vous soyez une femme active et dynamique ou plus casanière. Un homme stressé par ses
responsabilités, un enfant en bas âge ou une adolescente, la réponse variera forcément. Que nous soyons au
printemps, en été, en automne ou en hiver modulera la réponse. Vos activités privées ou professionnelles la modifiera aussi. Même le lieu de vie implique une modification du régime alimentaire. Il est donc nécessaire de s’efforcer de tracer quelques grandes lignes simplificatrices qui vous permettront de chercher  VOTRE équilibre alimentaire.
Nous vivons dans une société d’abondance. Personne (en principe) ne meurt de faim mais beaucoup meurent de trop manger. Mon premier conseil sera donc de sélectionner QUALITATIVEMENT les aliments. Réduire les portions ne suffit pas. Car il faut apprendre, non pas à nourrir son estomac en le remplissant mais à nourrir ses cellules. Il y en a des milliards et des milliards. Choisir des aliments complets, des fruits, des légumes et des céréales (cultivés biologiquement de préférence), des huiles de première pression à froid, des sucres non raffinés, des farines le moins possible raffinées. Éviter chaque fois que possible la (sur)consommation de protéines animales (viandes et poissons, ainsi que lait, yaourts, oeufs et fromages) et préférer des légumineuses ou des bonnes préparations à base de soja. Cela deviendra, petit-à-petit, un réflexe. Voilà le premier pas.
Comme deuxième conseil, efforcez-vous (à la maison) de mélanger le moins possible les familles d’aliments durant un même repas. Vos organes digestifs vous en remercieront et votre balance deviendra plus modeste. Le respect des compatibilités alimentaires est un art magique quant à ses effets à moyen et long terme. Rappelez-vous que les anti-aliments (voir ci-dessous) ont été développés par l’industrie agroalimentaire pour flatter notre convoitise et augmenter notre consommation c’est-à-dire leurs profits. Ils n’aboutissent jamais au but recherché, comme la satisfaction de nos besoins psychologique à mastiquer des nourritures vraiment nourrissantes c’est-à-dire capable de fournir à nos milliards de milliards de cellules corporelles tout ce dont elles ont besoin. Au contraire ces anti-aliments épuisent notre réserve d’énergie vitale et notre capital enzymatique et nous poussent à des comportements aberrants. Voici quelques indications de base pour mémoire:
ANTI-ALIMENTS: chocolat, pâtisseries, biscuits industriels, sucre raffiné, fritures, aliments irradiés (très fréquents malgré l’interdiction légale) comme les fruits et légumes hors saison ou les pétales de céréales en boîtes carton, conserves en boîtes métal, surgelés industriels de toutes sortes, tous les aliments (même « bio ») passés au four à micro-ondes, alcool, thé noir et café. Viandes (y compris le poisson) et lait de vache
S’ACCORDENT: fruits et protéines (laitages, viande, œufs), légumes (crus et cuits) et céréales, protéines et légumes.
NE S’ACCORDENT PAS: fruits et céréales, fruits et légumes, protéines et céréales (toutefois les légumineuses tolèrent les céréales)
SONT NEUTRES: huiles, épices, sels, herbes aromatiques, tamari, shoyu, levure alimentaire, infusions
PROTÉINES: viandes rouges et blanches, poissons, lait, yaourts, fromages frais, fermentés et cuits, œufs, légumineuses (soja, lentilles, etc.). on sait maintenant, grâce aux travaux scientifiques modernes que ce sont les personne mangeant très très peu de viande ou même pas du tout qui sont celles en meilleure santé. e moins possible
CÉRÉALES: blé (pain, pâtes, boulghour et pil-pil), orge, seigle, avoine, millet, maïs (polenta), riz, biscuits « maison ».
SONT RECONNUS ALLERGISANTS: Le lactose (lait et fromages), le gluten (pain, pâtes, blé et autres céréales), les épices (poivre, gingembre, paprika, piment, curcuma, curry, harissa, épices orientales, etc.)
Comme troisième conseil, je vous propose de régler votre alimentation en fonction de vos activités. Une épuisante course en montagne ou une journée de farniente à la plage n’ont pas les mêmes exigences métaboliques. Petit truc utile: Ce que vous mangez aujourd’hui détermine votre tonus physique et
psychologique pour le lendemain. Les aliments sont une source d’énergies immatérielles dont notre organisme ne peut se passer. Ces énergies sont  appelées « chi » par les chinois et ont différentes origines (eau, aliments, air, terre-cosmos, psychique, etc.)
CÉRÉALES: Elles donnent l’endurance, la résistance, la chaleur, les oligoéléments, les sels minéraux et les vitamines et les enzymes.
VIANDES: elles donnent la nervosité et l’agressivité et l’angoisse.
GRAINES GERMÉES, FRUITS ET LÉGUMES: Ils donnent l’énergie du cosmos et de la terre. Crus, ils sont la vie enzymatique. Ils contiennent l’eau cellulaire qui est le « germe de la Vie ». Ils donnent le calcium, les sels minéraux, les vitamines, les enzymes et toutes sortes de substances végétales aux propriétés multiples.
ENZYMES: elles sont vitales car elles sont les magiciennes de la Vie. Très souvent absentes de l’alimentation moderne, elles sont détruites à partir de 45 degrés. Elles sont contenues dans tous les végétaux CRUS.
EAU: Elles permet tous les métabolismes et régularise l’acidité du corps. C’est une aide importante pour lutter contre les stress électromagnétiques. Seule l’eau est de l’eau. Les autres liquides (sauf l’eau des végétaux) ne sont pas de l’eau. Buvez environ 1,5 litre d’eau de bonne qualité par jour.
HUILES: elles doivent être impérativement être de « première pression à froid ». Un peu de beurre de bonne qualité est acceptable mais jamais de margarines ou d’huiles industrielles.
LAIT: Ne buvez jamais de lait liquide. C’est inassimilable à l’âge adulte car ce n’est pas fait pour nous les humains. Seul le lait maternel est indiqué pour les bébés jusqu’à l’âge de 4 ans.
FROMAGES: ils sont tolérés. Préférez les fromages frais, ceux « à pâtes dures » ou ceux de chèvre ou brebis. Ils ne doivent jamais être pasteurisés ou thermisés afin de conserver leur richesse en enzyme ce qui permet de les digérer.

Manger nous occupe, en principe, trois fois par jour. Deux fois par jour convient aussi très bien.

Boire nous occupe encore plus souvent. Il est donc important de bien choisir son eau de boisson puisque le pourcentage d’eau de notre corps est de 65 à 90 % du poids total. Une eau très peu minéralisée, ne contenant pas de polluants comme les nitrate, le sodium ou les carbonates (ainsi que les polluants chimiques divers comme les métabolites médicamenteux et les produits phytosanitaires y compris les micro-particules de plastic) sera toujours préférée. Ne la buvez pas en mangeant. Procurez-vous un filtre à eau performant et non vendu pour vous tromper.

En conclusion, mangez de tout (ou presque)… mais pas au même repas. Apprenez à faire comme vous le sentez sans craindre les remarques de l’entourage. Sachez gérer vos caprices au bon moment. Une petite
folie alimentaire peut aussi faire du bien.

Faire comme tout le monde, gage de survie au siècle dernier, est une vérité dépassée. Réapprenons à bien choisir le « carburant » approprié à notre organisme qui est si merveilleusement construit et fonctionnel. Hippocrate n’a-t-il pas dit: « Que ton aliment soit ton médicament » car nous sommes ce que nous mangeons.

Ces conseils sont valables pour toutes personnes ne souffrant pas de maladies particulières ou d’allergies alimentaires.

Je suis à votre disposition pour toutes explications supplémentaires.

J-P CHAPUIS, jpc@jpchapuis.net

BIBLIOGRAPHIE:
− A. Roux, Alimentation harmonieuse, Ed. Encre, 1980 (épuisé)
− Dr Seignalet, L’alimentation ou la 3ème médecine, (épuisé)
− Très nombreux autres livres et documents scientifiques

Parodie de la Guerre des étoiles pour promouvoir l’agriculture biologique contre l’agriculture productiviste. En version originale sous titrée en français.