Pas bon à dire...
 

Le consensus scientifique est-il le début d’une nouvelle religion ?

Bonjour,

Nous sommes nombreux à être très déçu de la couverture des médias « traditionnels » durant ces temps troubles.

Quels sont les alternatives pour s’informer auprès des journalistes locaux de qualité?

Nous trouvons important qu’une parole modérée se libère au niveau de la presse et des scientifiques. Une parole la plus objective possible, une parole qui désire nous réunir tous ensemble.

Nous avons choisi pour cette newsletter de mettre de la lumière sur l’entretien qu’a donné Michael Esfeld, philosophe des sciences, chargé de cours à l’EPFL à la chaîne d’information Anti-thèse, diffusé le 14.11.21.

Anti-thèse est une chaîne d’information qui diffuse des entretiens avec des personnalités (essentiellement helvétiques). Elle a été fondée au printemps 2021 par Martin Bernard (à l’interview), journaliste indépendant en Suisse romande ; et Ouriel Barbezat (réalisation, montage), technicien à La Télé.

L’interview de plus d’une heure est riche en réflexions sur les grands enjeux de notre temps (voire le sommaire ci-dessous). Nous vous invitons à en découvrir la totalité de l’interview ici et un extrait de 5 minutes ici.

Sommaire :

00:00 Philosophe des sciences
00:39 Mesures anti-Covid et instrumentalisation de la science
04:16 Attaques contre les droits fondamentaux
07:49 La « pass sanitaire » : liberticide et discriminatoire
10:10 La liberté humaine est-elle une illusion ?
11:52 Covid-19 et surcharge des hôpitaux
13:24 Les droits fondamentaux peuvent-ils être suspendus?
18:49 Résurgence et dangers du scientisme
23:36 La science, une définition
27:02 Dangerosité du Covid et pertinence du confinement
28:49 Vaccination et éradication du coronavirus
34:03 Les dangers d’une perte de confiance dans la science
35:58 Légitimité du philosophe à parler de santé
37:52 « Matérialisme » et idéologie de la science
45:58 Husserl, phénoménologie et critique de la science
47:17 Conscience, activité neuronale et réductionnisme scientifique
53:13 Goethe et la méthode scientifique
57:28 Intelligence artificielle et limites du « consensus scientifique »
1:03:25 Lois de la nature et responsabilité politique
1:06:56 Vers un nouveau totalitarisme ?
1:08:56 La science comme nouvelle religion
1:11:50 Supprimer le « pass sanitaire » et cesser les discriminations
1:18:47 Carte blanche

Nous vous recommandons également:

1) L’Impertinent – https://www.limpertinentmedia.com/

Voici une journaliste, Amèle Debey, qui donne de la voix à une pluralité d’opinions. Par exemple dans cet article sur le certificat Sanitaire, on entend différents points de vue de restaurateurs, pour et contre. On est bousculé dans ses certitudes ! Quelle bulle d’air frais ! Ouf….

2) CovidHUB – https://www.covidhub.ch/

CovidHub.ch est le résultat d’une initiative citoyenne pour une information libre, plurielle et ouverte aux débats d’idées.

3) Bon pour la Tête – https://bonpourlatete.com/

Le silence ne sera pas le dernier refuge la liberté.

Portez-vous bien !

tous.ch

Soutenir tous.ch
 
 
Philosophie encore

Ce texte bien référencé provient de la Fondation Hippocrate de Lausanne <fondation.hippocrate@fondation-hippocrate.email>

Chers lecteurs,

En 2016, lors de sa première campagne présidentielle, le Président français, Emmanuel Macron avait expliqué qu’il était pour une société écologique mais pas pour une société amish. Il affirmait cela alors que ses opposants politiques à gauche lui reprochaient son soutien au diesel. (1)

Il a repris cette image quatre ans plus tard, à propos de la 5G. En septembre 2020, devant un parterre de patrons du numérique ravis, il a alors affirmé :

«Oui, la France va prendre le tournant de la 5G parce que c’est le tournant de l’innovation. (…) J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile !» (2)

Lors de ce discours, le Président Macron a, par ailleurs, écarté l’idée de mettre en place un moratoire sur la 5G, comme le demandaient certaines associations environnementales. Les écologistes ont réagi avec humour à cette affirmation. Ils se sont fait appeler “les Amish de la Terre” avant d’aller manifester avec des bougies devant le palais de l’Elysée. (3)

Pour autant, au-delà de la “petite pique” relevée par les journalistes ou du mépris affiché par le Président de la République, il faut voir dans cette opposition constante entre société amish et société du progrès, un véritable programme politique. Il s’agit d’un révélateur de la pensée d’une partie des élites mondialisées de notre époque. Ne vous y trompez pas, cette politique est en train d’être déployée en Occident.

De l’humanisme au transhumanisme

Le Président de la République se décrit comme un progressiste. C’est une conviction profonde. Il y a eu les progrès techniques du XXe siècle dont le diesel. Il y a maintenant la 5G, l’intelligence artificielle et les vaccins. Il y aura les villes connectées, la reconnaissance faciale et le contrôle social pour le bonheur de tous. Il y aura ensuite, la fin de la mort et la conquête spatiale. C’est exactement le projet transhumaniste.

Cette vision de l’homme a été décrite par Ray Kurtzveil, ingénieur en chef chez Google dans le livre Humanité 2.0 (4) ou encore par Yuval Noah dans Sapiens. (5) Ce dernier livre a été un best seller mondial. Ces idées séduisent le monde. Elles fédèrent de nombreux adeptes à commencer, en France, par le Dr Laurent Alexandre pour qui la société se divise entre les inutiles, comme les gilets jaunes et les “dieux” qui acceptent d’être “augmentés”.(6)

Ce mouvement tire ses racines de l’humanisme profane. À la Renaissance et aux temps des Lumières les penseurs ont voulu changer l’homme grâce à l’éducation, la culture et le droit. Ils croyaient en l’apparition d’un homme nouveau. (7)

Aujourd’hui, l’idée est la même. Toutefois, c’est par la technique, notamment grâce à l’intelligence artificielle, que les transhumanistes espèrent améliorer l’espèce humaine. Pour Ray Kurzweil, les machines deviennent de plus en plus intelligentes au point de pouvoir penser tandis que les hommes s’augmentent grâce aux machines. Il imagine une société où les deux “espèces” pourraient cohabiter avec des cyborgs, des chimères et d’autres hybrides dignes de frankensteins. (8)

Un cyborg est un organisme cybernétique, c’est un être humain sur lequel ont été greffé d’autres éléments : un membre en métal, de l’électronique, et pourquoi pas des ports USB… Ce sont les androïdes des bandes dessinées que les scientifiques d’aujourd’hui ne sont pas loin de pouvoir créer. (9) Une chimère est un organisme vivant issu d’une hybridation entre différents génotypes. (10)

Avec ses manipulations génétiques, électroniques et informatiques, les transhumanistes espèrent obtenir le rallongement de la vie, l’élimination des maladies et à terme de la mort, l’élimination de la souffrance et l’augmentation des capacités intellectuelles, physiques, sensorielles et émotionnelles des hommes. (7)

Pour eux, les questions du moment sont : Jusqu’où peut-on repousser les limites du corps humain ? L’homme va t’il disparaître s’il ne s’augmente pas ? L’être humain peut-il faire l’amour à un robot ? (12)

La chirurgie génétique change la donne

La révolution numérique opérée depuis les années 2000 est avant tout une histoire de données et de prédictions. On a réuni dans de grands centres informatiques des masses d’information sur le passé des hommes afin de prédire leur futur. C’est pour l’essentiel un grand jeu de probabilités.

Dans le même temps, les connaissances en matière de génétique se sont considérablement accrues avec le séquençage complet du génome humain qui a été achevé en avril 2003 par deux équipes de scientifiques concurrentes. (13) Cela fait presque 20 ans. 

Et en l’état actuel des connaissances scientifiques, il est possible d’intervenir sur ce génome. C’est ce que fait naturellement l’évolution au fil des générations. Mais il est désormais possible d’avoir recours à de la chirurgie génétique. On change alors l’information contenue dans le génome. Cela peut se faire grâce à différentes technologies. La plus connue ou citée est le CRISPR cas 9. (7,13) Elle permet de travailler sur votre génome comme l’on travaillerait sur un document Word. Il suffit de changer les lettres du code génétique (G,A,T,C) pour modifier votre génome.

Deux types de modifications peuvent être apportées. Elles sont :

correctives s’il s’agit de modifier une anomalie ou une erreur de codage.
mélioratives s’il s’agit d’augmenter une performance par exemple enzymatique. (7)

La première relève du soin. Elle sera utile en cas de problème génétique ou même de cancer. Par exemple, il sera possible d’ici quelques années de corriger la moelle osseuse d’un patient atteint d’un myélome. Cela évitera les difficultés liées aux greffes.

La deuxième relève de l’amélioration des capacités de l’organisme vivant. C’est quelque chose qui se pratique déjà en laboratoire sur des animaux mais aussi sur des cellules humaines. (7)

Allez-vous devenir post-humain ?

Ce type de chirurgie génétique intéresse directement les transhumanistes. Ils espèrent ainsi créer une nouvelle “espèce” d’homme, celle qui viendrait après Homo sapiens. Le livre de Harari sonne comme le testament d’une vieille famille. Place désormais à l’homme augmenté dont la génétique aura été optimisée.

Pour les transhumanistes, la chirurgie génétique, associée à la médecine prédictive, devrait permettre de retarder la mort, voire de la vaincre. Ainsi, dans les années qui viennent, les patients devraient prendre des traitements destinés à éviter des maladies probables. Avec la chirurgie génétique, une opération bénéficierait aux patients et à leurs enfants. De la même manière, une erreur lors de l’intervention aurait des effets sur les descendants. (7,13)

Cette logique existe déjà dans la société. C’est une actrice célèbre qui se fait enlever les seins parce qu’elle a un gène susceptible de déclencher un cancer du sein. La vaccination participe également de cette logique : c’est un traitement que l’on prend, alors que l’on est en bonne santé, pour éviter un mal possible. En clair, le public est déjà prêt pour ce changement.

Le coronavirus a t’il accéléré le mouvement ?

Le SARS CoV 2 venu de Chine semble avoir permis de confirmer la tendance de fond qui touche nos sociétés contemporaines. En effet, des populations entières ont vu leurs libertés fondamentales sensiblement réduites au nom de la prévention.

Ce sont des modélisations effectuées à partir de données, notamment chinoises, qui ont convaincu les gouvernements de confiner leurs populations et de créer des cadres juridiques spécifiques. En France, dès le mois de novembre 2020 est créé un “état d’urgence sanitaire”, qui permet à l’exécutif de se passer plus ou moins du Parlement.

De très nombreuses personnes en bonne santé ont par ailleurs, bon gré, mal gré, accepté de tester à grande échelle des thérapies géniques expérimentales au nom du risque lié à une maladie.

L’idée de vacciner les femmes enceintes a été acceptée alors qu’il s’agissait auparavant d’une ligne rouge. (14) L’OMS a profité de l’épidémie de SARS CoV 2 pour supprimer, de ses communications, la notion d’immunité naturelle. (15)

Désormais, la seule immunité possible est vaccinale et seule la technique protège l’homme contre les méfaits de la nature. Demain, c’est elle qui l’augmentera pour lui permettre d’éviter toutes les maladies. La covid 19 ressemble à un galop d’essai.

La réalité derrière les promesses

Malgré l’enthousiasme des transhumanistes, il existe un décalage entre leurs promesses et le réel. Ainsi, lors de l’épidémie de coronavirus, les modélisations avaient prévu des centaines de milliers de morts en quelques mois au Royaume-Uni et en France.

Non seulement ces prédictions hasardeuses ne sont jamais produites mais il apparaît de manière certaine que l’épidémie aura été beaucoup moins grave que ce qui a été annoncé. Une étude récente reprise à la télévision par l’épidémiologiste Martin Blachier, précise qu’en 2020, l’année noire du coronavirus, seules 2% des hospitalisations ont été causées par le virus. (16)

Par ailleurs, la facture environnementale de tous ces oracles modernes à base de données est absolument colossale. Le poids du numérique dans la pollution globale ne cesse d’augmenter. La pollution numérique serait désormais supérieure à celle causée par le trafic aérien !

En clair, le coût écologique du modèle transhumaniste est largement sous-évalué alors même que son efficacité à prédire l’avenir semble surestimé.

Cela n’a pas empêché nos gouvernements d’accélérer la marche forcée vers une société du “QR code” et de la vaccination obligatoire et récurrente.

Or, à ce jour, personne ne sait exactement quelles seront les conséquences à long terme sur la santé humaine de ces thérapies géniques expérimentales.

Nos scientifiques, gouvernants et journalistes avancent à grande vitesse vers un modèle

séduisant en apparence mais terriblement incertain, et semblent avoir oublié toute forme de prudence dans leur démarche. Ils nous engagent à leur suite sans se préoccuper des risques liés à ce modèle.

Amish et 5G?

Comment résoudre l’équation entre ceux qui prônent le modèle transhumaniste, comme le Président Macron et ceux qui le redoutent ?

Les États-Unis ont montré une voie possible. Elle est institutionnelle et juridique. Si le Président français peut se moquer d’une population de Suisses allemands implantée en Amérique et vivant comme au XIXe siècle, c’est que ces derniers ont obtenu le droit de vivre selon leurs traditions.

La République américaine ne se sent pas menacée par l’existence d’un groupe humain non vacciné, non connecté et non motorisé.

Une autre voie possible, en tout cas dans le domaine de la médecine, est de favoriser une approche “low tech” à l’hôpital. C’est le modèle que défend le Dr Louis Fouché, réanimateur à l’IHU de Marseille. Il estime que les progrès des 15 dernières années en réanimation sont liés à une meilleure coordination entre les services et une meilleure prise en charge des patients.

Pour lui, le progrès doit se situer au niveau humain dans la communication et la coopération entre les uns et les autres. Or le progrès technique peut produire l’effet inverse. Par exemple, certains médecins ne touchent plus les patients, ne se parlent pas entre eux, et se contentent d’exécuter des ordres formulés par des ordinateurs à partir de base de données. (17)

L’avenir proche de l’humanité pourrait dépendre de sa capacité à aborder ces sujets d’une manière libre, discutée et éthique.

Affaire à suivre…

Jérôme
Responsable communication Fondation Hippocrate

Références : 
(1)    https://www.lefigaro.fr/politique/je-suis-pour-une-societe-ecologique-mais-pas-amish-macron-utilisait-deja-cette-expression-en-2016-20200916
(2)    https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2016/11/18/35003-20161118ARTFIG00092–deux-jours-de-la-primaire-macron-donne-des-gages-a-la-droite.php
(3)    https://www.huffingtonpost.fr/entry/les-ecolos-repondent-avec-humour-aux-propos-de-macron-sur-les-amish_fr_5f61296fc5b6e27db134252f
(4)    http://www.singularity.com/
(5)    https://www.audible.fr/pd/Sapiens-Une-breve-histoire-de-lhumanite-Livre-Audio
(6)    https://www.youtube.com/watch?v=ROPT8ij72-U
(7)    https://www.youtube.com/watch?v=kgzfJvkXXUs
(8)    https://www.cairn.info/revue-la-cause-du-desir-2013-2-page-140.htm
(9)    https://www.futura-sciences.com/tech/definitions/robotique-cyborg-8458/
(10)    https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-chimere-10446/
(11)    https://www.pourlascience.fr/sd/genetique/le-projet-genome-humain-une-mine-de-decouvertes-21431.php
(12)    https://www.transhumaniste.com/
(13)    https://www.afm-telethon.fr/glossaire/crisprcas9-90754
(14)    https://naitreetgrandir.com/fr/nouvelles/2021/01/25/covid-19-doit-on-vacciner-femmes-enceintes/
(15)    https://www.aimsib.org/2021/10/03/covid-19-immunite-naturelle-versus-immunite-vaccinale/
(16)    https://www.lefigaro.fr/sciences/avec-seulement-2-de-patients-covid-en-2020-les-hopitaux-ont-ils-vraiment-ete-satures-par-la-pandemie-20211112
(17)    https://www.youtube.com/watch?v=r1hOyShXHak

Comment répondre à une demande concernant le secret médical

tous.ch – Les jeunes et les enfants d’abord

Certificat Sanitaire – la ligne rouge?

Ce texte provient d’un mail reçu le 5 octobre 2021 de www.tous.ch. Ces conseils vous permettront de répondre aux éventuelles personnes sonnant à votre porte et vous demandant si vous  êtes vaxxinés. Mais aussi aux autres dans d’autres circonstances.

« Aujourd’hui, nous vous présentons 3 collectifs en lien avec les enfants, les adolescents et les étudiants.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, nous vous proposons une petite suggestion sur la dernière annonce de M. Berset, CF (Conseiller Fédéral) et BPF (Bon Père de Famille).

Comme vous le savez, tous.ch ne prends aucune position médicale. Ainsi, nous ne pouvons pas être qualifiés, ni d’anti- ni de pro-vaccin. (Mais certains ne se gêneront quand même pas de le faire)

D’un point de vue juridique, le fait de contacter des personnes non vaccinées pour les “informer”, dans le cadre de la campagne prévue par M. Berset, présente des sérieux problèmes. En effet, le fait d’être vacciné ou non-vacciné est une information soumise au secret médical. Et cette information privée et confidentielle n’a aucune raison de se trouver dans les mains d’un tiers, en particulier d’une personne recrutée pour convaincre que vous n’avez pas fait le bon choix.

Ainsi, si quelqu’un prend contact avec vous dans ce cadre, nous vous suggérons de prendre son nom et ses coordonnées, et de lui demander comment votre nom est arrivé sur sa liste. Si possible, enregistrez l’appel. Selon plusieurs juristes que nous avons consulté, il pourrait être envisageable de déposer une plainte pour contravention à la Loi fédérale sur la protection des données (LPD), en particulier le secret médical, contre X.

Ci-dessous les collectifs en lien avec les enfants qui méritent votre soutien.

Portez-vous bien !         tous.ch

1) Association Collectif Parents Suisse. (ACPS)

https://collectifparents.ch,

Telegram https://t.me/collectifparents_Suisse

Ce collectif s’est créé en janvier 2021 par des parents inquiets de voir l’impact causé par les mesures sanitaires sur la santé physique et psychologique des enfants et des adolescents.

Les buts de cette association:

Créer des liens forts entre les parents partout en Suisse partageant cette préoccupation

Informer et communiquer avec les pouvoirs publics, la population et les médias

Mener des actions sur des cas précis et sensibiliser et mobiliser la population

Les valeurs de l’association :

Veiller au respect de l’intégrité physique et mentale de chaque enfant

Responsabilité individuelle de chaque parent vis-à-vis de sa santé et de celle de ses enfants

Droit à une information impartiale et à la liberté d’expression

Œuvrer ensemble pour que les enfants retrouvent leurs sourires et leur confiance en l’avenir, nous le leur devons.

Si la situation de la jeunesse dans le contexte des mesures covid vous interpelle, vous préoccupe et vous pèse, vous pouvez rejoindre le collectif parent.

2) la section jeune de l’association MSLC (pour les jeunes de moins de 25 ans)

Telegram :https://t.me/joinchat/0B6GYgkK9_43OGJk

Instagram :https://www.instagram.com/mslc_jeunes/

Depuis un an et demi les jeunes sont victimes des mesures sanitaires mises en place.

Tout d’abord en ayant été privés de liens sociaux et de cours en présentiel, puis en ayant été accusés d’être les principaux transmetteurs de la maladie.

Les centres de loisirs ont été fermés, les lieux de rencontre pour leur vie sociale également.

Désormais, ils subissent cette discrimination jusque dans leurs études.

Depuis quand un statut vaccinal conditionne le droit à l’éducation, aux loisirs et aux contacts sociaux ?

Il est temps de dire stop et de commencer à vivre enfin ce qui est censé être leurs plus belles années.

Le MSLC jeunes est une section de l’association MSLC, https://www.mslc.ch, Mouvement Suisse pour la Liberté Citoyenne.

Il est à l’origine de la journée tous en bleu.

Cette section lutte contre la discrimination instaurée par le certificat Covid dans les études et pour la liberté de chaque être humain.

3) Mouvement étudiant : ESC, Education Sans Certificat.

Telegram : https://t.me/LES_ETUDIANTS_RESISTENT

Leur revendication est l’abolition du pass sanitaire dans les établissements éducatifs.

Durant la phase transitoire, ils demandent que les cours soient tous dispensés en ligne.

Ils n’incitent pas à la désobéissance sanitaire et mettent leur énergie dans des actions pacifiques légales, de soutien aux étudiants concernés, en collaboration avec les professeurs et collaborateurs concernés.

Ensemble, gardons la confiance!

Bien à vous!                 tous.ch

Soutenir tous.ch

Il y aurait et il y aura encore beaucoup à écrire et dire sur l’époque que nous vivons. De nombreux paramètres de cette problématique géopolitique mondiale ne sont pas abordés. Toutefois, ils reflètent les avis de personnes responsables avec lesquelles je partage ces avis scientifiques ou sociologiques.

Gardons confiance dans nos immenses possibilités créatives humaines et et gardons-nous des manipulations et croyances.

Évitez les médias de masse et la propagande, informez-vous plutôt ici https://reinfocovid.fr ou ici https://bonsens.info ou ici tous.ch ou sur d’autres sources. Consultez sur internet les TV libres comme https://www.tvlibertes.com/, odyssee-tv.com ou la web-TV franco-suisse https://odysee.com/ ou encore https://www.wikistrike.com/?utm_campaign=_ob_pushmail&utm_medium=_ob_notification&utm_source=_ob_email.
 
Préparons-nous à la vie dans un monde nouveau et libéré des erreurs de cet ancien monde qui part en délitement.